ou les dons de la Mère.

 nomdeblog 001

Il y a longtemps, bien longtemps, l’idée seule d’avoir un, et pire encore, des enfants me paraissait totalement saugrenue et même totalement inappropriée à ma personne. Moi (articuler MOAAAAAAAAA) devenir mère ? mais quelle idée ! z'êtes diiingues !

 Oh, non que j’ai eu les enfants en horreur, bien au contraire, j’ai toujours eu beaucoup de plaisir à m’occuper d’eux, et il semble même que ma compagnie les ait souvent fortement attirés … Non, c’était plus dans le registre du « les mômes c’est chouette…..mais chez les autres ! ». Me projeter dans un avenir « sans enfant » ne m’effrayait pas d'ailleurs.

 La jeunesse ? peut-être. Le contexte familial ? peut-être aussi. Mais surtout, une vraie méconnaissance de moi-même, de ma nature réelle.

 Je l’ai compris dans un regard, le premier.

 Ma première grossesse avait été merveilleuse, mais un peu abstraite malgré tout, concernant le petit être en chair et en os qui se construisait. Les échographies ne sont en fait que des images, pas une réalité (un peu comme son image dans un miroir qui n'est pas nous mais notre reflet, un effet d'optique, pas une réalité, vous voyez ?). Et les mouvements du bébé bien que chargés d’émotions ne sont pas le bébé lui-même, ne sont en rien comparables avec… le premier regard.

 Je suis sortie de l’anesthésie générale, et il était là, face à moi, ses yeux mi ouverts plantés dans les miens.

 Et , j’ai compris que ce petit bout de moi venait de m’offrir le plus beau cadeau qui soit : faire de moi une Mère !

 La métamorphose a été immédiate. Celle que j’étais auparavant a disparu à jamais et est devenue quasi animale, flairant, goûtant, nourrissant son petit.

 Mère, voilà ce que mon être entier souhaitait réellement être pour se sentir épanoui. Une Mère.

 Depuis, à chacun des premiers regards, à chacun des suivants, à chacune de mes grossesses, y compris celles trop vite perdues, à chaque naissance, pour chacun de mes enfants , j’ai ressenti ce même sentiment immense : le bonheur unique d’être leur Mère.

 serie2serie1serie6

Promis ils y sont tous les 4, à la naissance, à environ 1 mois, à environ 6 mois !

Mais justement, qu’est-ce qu’être Mère ? (attention, loin de moi l’idée de reléguer le Père à un statut moindre ou une notion de simple géniteur, je n’en parle pas simplement parce que je ne sais pas si mes sentiments sont identiques à ceux du Père et par conséquent je ne me permets pas de parler ici en son nom)

 Il est un proverbe juif qui dit : « On ne peut donner que deux choses à ses enfants: des racines et des ailes ».

 Et c’est exactement ainsi que je vis mes enfants : leur offrir le patrimoine familial, son histoire, leur transmettre des valeurs qui me sont chères, souvent elles-même transmises par mes parents, les aider à comprendre, appréhender, les soutenir dans leurs progrès, leurs difficultés, les guider de manière à ce qu’ils se sentent bien en eux même, avec les autres, leur passé et... lorsque le moment est venu, s’éloigner, doucement, puis de manière plus marquée pour enfin …. partir, partir construire leur propre avenir.

 Comme la plante qui inéluctablement va disparaître à la fin de la saison, dans mes Graines j’essaie de placer leur patrimoine (y compris celui cher à Mendel), leur histoire ancienne, l’énergie indispensable pour émerger, s’ancrer dans la Vie, les ressources qui permettent d’amorcer l’histoire, leur Histoire, et un jour devenir Eux. 

 nomdeblog 002

De la Graine jusqu’au moment où ils s ‘en vont…. 4 Enfants, 4 Petites Graines et puis….s’en vont !

 Le tout en ayant dans la tête cette comptine à jouer « ainsi font, font, font, les petites marionnettes, ainsi font, font, font, trois p’tits tours et puis….s’en vont ! ». La marionnette qui ressemble à un objet à qui l’on donne vie, puis au travers de laquelle on livre un peu de notre Vie. Et aussi sans doute un peu de Pinocchio:

   « C'est ma mère, et elle ressemble à toutes les bonnes mères, qui aiment très fort leurs enfants, ne les quittent jamais des yeux, et leur apporte aide et affection dans le malheur, même lorsque ceux-ci se comportent si mal et avec une telle légèreté qu'ils mériteraient d'être abandonnés et livrés à eux-mêmes » Collodi C., Les aventures de Pinocchio, Babel, Actes Sud, 1995

 Voilà ! Je vous remercie d’avoir participé à ce petit exercice ! Au final vous aviez toutes bien perçu l’essentiel, il m’appartenait de vous en dévoiler d’avantage. Que ces Graines ne sont pas juste mes enfants, mais tout ce que j'ai mis en eux pour les aider à partir un jour.

J’aime les Mots, c’est incroyable ce qu’ils peuvent renfermer que l’on ne voit pas....au Premier Regard ! ;)

 Moi aussi je suis curieuse, ai mes petites idées sur par exemple :

1,2,3 soleil....à chaque fois me revient à l'esprit un mur d'école sur lequel on frappe en criant bien fort "1,2,3 soleil" plein d'espoir de saisir ensuite les mouvements furtifs...

RConnection .... après la French, la R....mais quoi d'autre ?

Melylea ... une mixture ?

La Belette de la Marmotte....une grosse dormeuse maman d'une canaille ?

Les récréations de Flogalu ... c'est Flogalu qui m'intrigue....cela me fait penser à un biscuit ????

Les 10 doigts de Loumatha...pareil késako Loumatha ?

Je rêve d'un autre monde...là je sais c'est même affiché dans la bannière  !!!!

et puis et puis.... y'en a plein en fait !!!