IMG_0935

Désormais, je vais vous guider dans des lieux uniques.

Uniques certes par leur beauté, leur faune ou leur flore si surprenantes parfois, mais surtout uniques parce que là, oui là dans cette partie du Monde, comme sans doute ailleurs aussi, pour les mêmes raisons, on est soudain saisi par un sentiment qui a trait à l'Essentiel, à l'Originel.

S'aventurer dans les Parcs Nationaux australiens n'est pas juste une ballade, pas même une simple randonnée. 

Il y a rapidement quelque chose qui habite le visiteur. Quelque chose que l'on a du mal à définir. Quelque chose qui force le respect. Un peu comme si l'on rendait visite à une très très vieille personne, vraiment très agée. 

L'Islande m'avait déjà fait cet effet ; pour d'autres raisons. Là-bas, c'était la Mère Nature qui par sa présence et sa puissance dégageait une sorte d'aura qui vous enveloppait pour vous faire comprendre que ce que vos yeux pouvaient voir n'était en réalité qu'une infime partie de ce qui se présentait à vous.

En Australie, même sentiment. Mais cette fois, même si la Nature est aussi très présente, très puissante, ce sont certainement les traditions, la force culturelle, le pouvoir de la transmission génération après génération qui fait naitre cette sensation de vivre des instants particuliers.

Visiter les Parcs Nationaux  suppose d'adhérer à des principes sacrés. La Terre ne nous appartient pas, elle nous accueille. Les Territoires sur lesquels ces Parcs sont définis sont la propriété de plusieurs générations d'hommes et de femmes, de leur histoire, de leurs rituels anciens et actuels.

"This is Anangu *land and you are welcome.

Look around and learn in order to understand Anangu and also understand that our culture is strong and alive"

*Anangu signifie "être humain" en langue aborigène des territoires désertiques du centre et de l'ouest - C'est également ainsi que les aborigènes se désignent.

Quelle formidable invitation ! 

Le visiteur est réellement reçu comme un invité. Ici, rares sont les interdictions strictes. Pas de panneau "Interdit de...", mais plutôt des invitations au respect. La nuance est de taille ! Tourisme responsable !

autre vision

 Le texte de ce panneau disposé à l'entrée de la Gorge Walpa de Kata Tjuta décrit les anciennes us des aborigènes se rendant sur place.

Il précise en outre :

"C'est la même chose aujourd'hui. C'est la même chose pour vous.

Ayez à coeur le fait qu'il s'agit d'un lieu spécial.

Marchez tranquillement, sur la pointe des pieds. Restez sur le chemin."

Profiter de l'endroit, tel qu'il est"

Encore une fois, nulle interdiction. Comme celui qui franchit le seuil d'un lieu de culte sait qu'à l'intérieur le Respect (des lieux, des autres, etc...) s'impose, celui qui entre dans ces Parcs Nationaux, sait, comme une évidence ou parce qu'on le lui explique, qu'ici aussi, il y a une dimention Unique, qu'il n'est pas juste en train de fouler une terre poussièreuse rouge.

Il est dans un lieu sacré pour les peuples aborigènes. 

Désolée pour cette Introduction un peu longue, mais je tenais à partager avec vous les sentiments ressentis. Cela me semble essentiel.

Pour ce premier jour dans le désert rouge, nous ne disposions en réalité que d'une demie journée. Un peu court pour visiter l'intégralité du parc Uluru - Kata Tjuta.

Le Parc est inscrit au patrimoine mondial de l'UNESCO, il appartient aux tribus Pitjantjatjara et Yankunytjatjara qui en gèrent l'entretien, la préservation et l'exploitation aussi en partenariat avec la Direction des Parcs Nationaux Australiens. Le Parc n'est pas libre d'accès, il y a une taxe à payer et il est fermé pour la nuit (à partir de 19.30...et de toute manière à cette heure là, il fait nuit noire).

Certes, d'un point de vue art aborigène, Uluru (Ayers Rock) est sans doute plus spectaculaire...mais aussi le site le plus visité, et donc le plus "encombré".

Nous avons donc fait le choix de ne l'observer qu'à distance... 

IMG_0921

 

... pour nous concentrer sur son voisin, situé à une cinquantaine de kilomètres, Kata Tjuta, ou Monts Olga.

IMG_0926

 

Pour plus de détails relatifs notamment à la formation de ces structures, n''hésitez pas à regarder la page Wikipédia correspondante ou mieux encore le document de présentation des Parcs (le document est en anglais, mais il témoigne bien de ce dont je vous parlais plus haut)

 

IMG_0922

 

Les Monts Olga sont gigantesques, nous n'en avons visité qu'une petite partie. Mais suffisamment déjà pour tomber sous le charme de ce désert, de cette terre, de cette culture. 

IMG_0934

IMG_0940

 

 IMG_0938

 

IMG_0951

 

Gorge Walpa, en plein milieu du désert, sous un ciel sans nuage, une gorge qui à son extrémité offre le spectacle d'une petite oasis, avec une eau venue d'on ne sait où, sans doute un reste de la saison humide, protégé des rigueurs du soleil par l'ombre entre les falaises.

 

IMG_0956

 

Mais la nuit tombe rapidement. Ne l'oublions pas, c'est l'hiver.

Revenir vers Uluru, assister au coucher du soleil sur le Rock.

Il y avait du monde. Chacun chuchotait.

Silence...

 

IMG_0959

 

et la nuit vient couvrir la Terre

IMG_0962

 

Hâte de découvir la suite !

Le lendemain nous avons sur notre route découvert que Ayers Rock a des petits frères, moins connus, mais tout aussi impressionnants ! Peut être, sans doute, moins sacrés...

IMG_0975

 

Un jour, nous reviendrons peut être découvrir de plus près ce que ce jour là nous n'avons pas pu voir

 

IMG_0958